Banque africaine de développement: L’agence S&P Global Ratings confirme la notation « AAA ».

L’agence de notation financière S&P Global Ratings a confirmé vendredi 19 juin, la notation de crédit « AAA/A-1+ » à court et long terme attribuée à la Banque africaine de développement, assortie d’une perspective stable. Un bon signe pour la Banque Africaine de Développement (BAD) toujours englué dans le scandale entourant son président Akinwumi Adesina.

L’agence de notation financière S&P Global Ratings a confirmé vendredi 19 juin, la notation de crédit « AAA/A-1+ » à court et long terme attribuée à la Banque africaine de développement, assortie d’une perspective stable

L’agence de notation a évalué de manière positive le profil de risque de la Banque, l’adéquation de ses fonds propres, la solidité de sa stratégie de financement et de son niveau de liquidité, le soutien très fort de ses actionnaires ainsi que l’adéquation de son système de gouvernance et de gestion.

« Nous confirmons par conséquent la note « AAA » de la dette à long terme de la Banque africaine de développement » a déclaré S&P Global.

S&P Global a souligné l’augmentation historique de 115 milliards de dollars du capital de la Banque, que les actionnaires ont approuvée en octobre 2019, ainsi que la reconstitution du Fonds africain de développement, le guichet de prêt à taux concessionnel du Groupe de la Banque, en décembre 2019.

« La perspective stable de la notation reflète nos prévisions selon lesquelles, au cours des deux prochaines années, la Banque africaine de développement gérera avec prudence son capital, tout en maintenant un niveau de liquidité élevé assorti à un portefeuille de placement de qualité, et en poursuivant une stratégie de financement solide », peut-on lire dans le communiqué.

L’agence prévoit ainsi que « les actionnaires continueront à apporter leur soutien en réglant leurs contributions au capital de la Banque selon le calendrier établi », et que la Banque « continuera à bénéficier du traitement accordé aux créanciers privilégiés, et à gérer avec prudence la croissance des prêts accordés au secteur privé d’une façon conforme à son mandat. »

Selon S&P Global Ratings, « la Banque africaine de développement jouera un rôle clé de soutien à la région, en particulier dans le contexte créé par la pandémie de Covid-19. L’institution a approuvé une aide d’urgence d’un montant maximum de 10 milliards de dollars en 2020, dont 6,9 milliards seront financés directement par la Banque et le reste par son guichet concessionnel. »

« Nous nous félicitons de la décision prise par l’agence S&P Global Ratings de réaffirmer la notation AAA/A-1+ de la Banque. Cette décision reflète la grande solidité financière de l’institution, sa gestion prudentielle du risque et la qualité de sa gouvernance, a déclaré le président de la Banque africaine de développement, Akinwumi Adesina. Nous allons maintenir la Banque à ce niveau d’excellence, avec le plein soutien de tous nos actionnaires, afin d’apporter à nos pays membres régionaux un appui essentiel en termes de financement, de connaissance et de soutien aux politiques, durant cette période de pandémie de Covid-19. »

Cette décision reflète la grande solidité financière de l’institution, sa gestion prudentielle du risque et la qualité de sa gouvernance, a déclaré le président de la Banque africaine de développement, Akinwumi Adesina.

Mary Robinson pour conduire la revue indépendante

L’irlandaise Mary Robinson aurait été choisie par le bureau du conseil des gouverneurs pour conduire la revue indépendante du rapport du comité d’éthique sur la BAD

Selon les informations concordantes provenant de plusieurs médias internationaux, l’irlandaise Mary Robinson aurait été choisie par le bureau du conseil des gouverneurs pour conduire la revue indépendante du rapport du comité d’éthique sur la BAD. Née le 21 mai 1944 à Ballina, en Irlande, Mary Robinson fut la première femme présidente d’Irlande du 3 décembre 1990 au 12 septembre 1997 et la septième personne à occuper la magistrature suprême. Elle fut ensuite Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme de 1997 à 2002. Politicienne, juriste et diplomate, l’irlandaise, lauréate de plusieurs prix et distinctions, aura besoin de puiser dans toutes ses ressources pour résoudre une crise qui paralyse depuis quelques mois la Banque Africaine de Développement (BAD). Avant, les prochaines assemblées générales de l’institution prévues les 24 et 25 août, les conclusions de son rapport décidera les contours de la Banque Africaine de Développement, dans un monde post-COVID plein d’incertitude.

À propos du Groupe de la Banque africaine de développement :

Groupe de la Banque africaine de développement (AfDB.org) est la principale institution du financement du développement en Afrique. Il comprend trois entités distinctes : la Banque africaine de développement (BAD), le Fonds africain de développement (FAD) et le Fonds spécial du Nigeria (FSN). Représentée dans 41 pays africains, avec un bureau extérieur au Japon, la Banque contribue au développement économique et au progrès social de ses 54 Etats membres régionaux. Pour plus d’informations : AfDB.org 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s