USA: Joe Biden choisit Kamala Harris; Première femme noire au sein d’un tandem présidentiel, un choix historique.

Née le 20 octobre 1964 à Oakland, en Californie, Kamala Devi Harris, est une femme politique et procureure américaine. Ancienne procureure, elle est membre du Parti démocrate et sénatrice pour la Californie, au Congrès des États-Unis depuis 2017. Elle était auparavant procureure générale de Californie, de 2011 à 2017, durant le mandat du gouverneur Jerry Brown. Elle se porte candidate à l’investiture démocrate pour l’élection présidentielle de 2020 mais se retire avant le début officiel des primaires. Le 11 août 2020, Joe Biden la désigne pour être sa colistière et la candidate démocrate à la vice-présidence des États-Unis. Quel sera son rôle aux côtés de Joe Biden? Nous vous en disons plus.

Joe Biden et sa colistière Kamala Harris, alors qu’ils étaient adversaires pendant les primaires démocrates.
PHOTO : REUTERS / MIKE BLAKE

Première femme noire au sein d’un tandem présidentiel, Kamala Harris a fait une entrée remarquée dans la campagne électorale américaine, recevant les louanges de nombreux élus démocrates et subissant les attaques de l’entourage du président Trump. Selon les analystes politiques, Kamala Harris présente des atouts importants pour permettre au camp démocrate de battre Donald Trump et revenir au pouvoir. Découvrons ces atouts.

Mandatory Credit: Photo by Matt Baron/Shutterstock (10351651y) Joe Biden Second 2020 Democratic Party Presidential Debate, Day 2, Detroit, USA – 31 Jul 2019

Premier atout : Ses origines.

Kamala Harris est non seulement une femme, mais elle est aussi Afro-Américaine et Asio-Américaine. Elle apporte une diversité raciale et de genre. Elle pourra faire part de ses expériences, qui sont différentes de celles de Joe Biden. Mme Harris représente la diversité aux États-Unis, où il y a des discussions importantes sur la marginalisation des gens racisés. Et une force de dissuasion pour le camp de Donald Trump dont l’un des axes stratégiques importants de réélection et de gouvernance est l’idée à la marginalisation des gens racisés. Sa nomination et sa possible élection au poste de vice-président permettra de conforter la base afro-américaine du parti démocrate et motiver plus d’américains favorable à la promotion de la femme.

Second atout : Son charisme

Kamala Harris est citée parmi les personnes les plus charismatiques du congrès américain. Elle est très structurée et efficace en débat. Elle s’est aussi montrée efficace dans ses questions aux candidats de Donald Trump à la Cour suprême lorsqu’ils comparaissaient devant le Congrès. Elle pourrait donc permettre d’articuler les thèmes de la campagne Biden tout en mettant l’accent sur certains échecs de l’administration Trump. Elle s’en prendra aisément et facilement aux performances et aux idées des adversaires, tout en étant le principal défenseur du candidat à la présidence.

Se sentant déjà menacé, le président Donald Trump a tweeté sur son compte un montage vidéo attaquant Kamala Harris en la traitant d’hypocrite. Dans cette vidéo, la colistière de Joe Biden se fait reprocher d’être une partisane de la gauche radicale ayant soutenu le plan de santé socialiste de Bernie Sanders et d’avoir appelé à imposer des « des milliards de dollars en taxes ».

Le président Donald Trump a tweeté sur son compte un montage vidéo attaquant Kamala Harris en la traitant d’hypocrite.

Plus tard, M. Trump a déclaré lors de sa conférence de presse quotidienne à la Maison-Blanche qu’il était surpris de cette nomination. « J’étais plus surpris qu’autre chose parce qu’elle a été très médiocre pendant la campagne des primaires démocrates. Elle a eu de très mauvais résultats aux primaires. Et ça, c’est comme un sondage« , a-t-il ajouté.

Troisième Atout: Première femme présidente des Etats-Unis et de surcroît noir.

Joe Biden et Donald Trump sont les deux personnes les plus âgées à mener une campagne présidentielle aux Etats-Unis et spécifiquement celle du 3 novembre prochain. Si Joe Biden ne sert qu’un seul mandat, cela signifie que la colistière fera partie des principaux candidats en 2024. Peu importe le parti, le vice-président voudra se positionner en vue de la prochaine campagne. La vice-présidence est devenue le principal tremplin vers la présidence. Un vice-président n’est pas assuré de remporter l’investiture de son parti, mais ses chances d’être nommé sont plus importantes. Que ce soit pour Hubert Humphrey ou Al Gore, plusieurs vice-présidents, bien qu’ils aient perdu l’élection générale, ont réussi à devenir les candidats de leur parti. Il sera préférer nécessairement un vice-président, plutôt qu’être l’un des cent sénateurs ou l’un des cinquante gouverneurs.

Déjà sénatrice, Madame Harris utilisera ce tremplin de colistière pour mieux construire sa carrure de femme d’état et mieux s’armée que la précédente candidate démocrate aux élections présidentielles Hillary Clinton. En effet, n’étant pas classée dans « l’establishment » et pouvant être vice-présidente, il lui sera plus aisée de prendre le relais de Joe Biden.

Dans un monde ou le féminisme a bon vent et où Donald Trump a renforcer le mouvement « Mee Too » et le « Black Live Matter », voir une femme future présidente des Etats-Unis va dynamiser le camp démocrate et fragilise l’actuel président.

Kamala Harris photo de 2017

Concernant son parcours, Kamala Harris fait ses études secondaires de 1976 à 1981 au Westmount High School de Montréal, Québec. Elle étudie la science politique à l’université Howard de Washington et à l’École de droit Hastings de l’université de Californie et est reçue au barreau de Californie en 1990. Elle travaille comme adjointe au procureur de district du comté d’Alameda de 1990 à 1998. Elle est soupçonnée d’avoir bénéficié, durant cette époque, de favoritisme de la part de Willie Brown, alors président de l’Assemblée de l’État de Californie, avec qui elle entretenait une relation et qui la nomme en 1994 à deux postes hautement rémunérés. Brown affirme qu’il « pourrait avoir aidé sa carrière » à travers ces nominations, et qu’il l’a « certainement aidée » lors de sa campagne pour devenir procureure du district de San Francisco. Elle rejoint ensuite le bureau de San Francisco. En 2003, elle est élue procureure du district de San Francisco, après une campagne où elle est critiquée pour sa proximité avec Brown, dont elle essaie de se distancier. En 2010, elle est élue procureure générale de Californie. Elle est réélue en 2014 pour un second mandat.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s